Le “coming” out de mon extrasensorialité

Il y a plus de 10 ans, en côtoyant des personnes qui se disaient médium, je me suis dit que je n’avais aucun don particulier, à part celui de pouvoir entrer en télépathie avec des entités décédées. C’est déjà pas mal diront certains, mais curieusement, c’était une faculté que j’ai fini par considérer tellement normale que je ne la classais plus parmi les facultés extrasensorielles. Moi médium ? Non !

Et puis, je n’aime pas les étiquettes. Je me suis tout de même inscrit à une formation en médiumnité, sans m’attendre à de gros résultats. Je me rappellerai toujours de l’exercice que nous avions été invité à faire : écrire une lettre à un(e) des participant(es), mais inconnu à l’avance. La consigne: laisser les mots venir en soi comme si c’était un processus normal d’être inspiré, ne pratiquer aucune censure, écrire comme ça vient. Je connais mon syndrome de la page blanche, et pire encore, celui de la carte postale vierge: “salut comment ça va, ici il fait beau temps … et chez toi … etc. ” . Je me suis dit que la médiumnité allait une fois de plus m’obliger à reconnitre mon inspiration défaillante. Mais curieusement, ce n’est pas du tout ça qui s’est passé: Tout d’un coup, une sorte de voix s’est activé dans ma tête a commencé à dicter les mots. Parfois ils venaient en bon français, parfois je devais les arranger pour que le sens devienne clair. En quelques minutes, j’ai réussi à gribouiller une page entière et je me suis bien demandé qui, parmi les participants au stage, pourrait bien recevoir une telle lettre, pleine d’injonctions et de constations dont je ne pouvais connaître la portée. Par voie de tirage, il y a eu distribution des lettres écrites par inspiration médiumnique, j’ai eu une lettre pour moi et une jolie dame a reçu la lettre dont je venais d’achever l’écriture. Quelle surprise, c’était “dans le mille”.

Depuis cet événement, je n’écris plus de cartes postales en version ” comment vas-tu, moi je vais bien ” . J’ai compris que je devais mettre un terme à mon processus de censure interne qui sabotait mes facultés, et je me suis juré ce jour-là que dorénavant, j’écouterai cette petite voix en moi qui me glisse, d’une manière toute subtile, tout plein d’informations super importantes dans ma tête. Je dirai aujourd’hui que ce jour-là, même si je n’ai pas débouché de bouteille de champagne, j’ai vécu mon “coming-out” de mon extrasensorialité. Il a fallu un événement puissant pour que je me rende à l’évidence: ce coming out, ce n’était pas tant par rapport aux autres, c’était par rapport à moi qui ne voulait pas le savoir.

Vous avez aimé mon témoignage sur mon coming out ? Et si vous ajoutiez le vôtre, en quelques mots. Imaginez des milliers d’extransensoriels qui témoignent de ce moment vertigineux où ils ont accepté de regarder leur vérité sans se détourner. Je suis extrasensoriel et fier de l’être.

A vos plumes … et merci d’avance

3 réflexions au sujet de « Le “coming” out de mon extrasensorialité »

  • février 21, 2020 à 11:50
    Permalink

    J’étais une petit fille tranquille, plutôt introvertie mais qui avait des choses à dire. Malheureusement dès que je les disais ma famille m’arrêtait de suite “une enfant ne parle pas comme ça, tu n’es qu’une enfant tu ne peux pas savoir!”. Le temps passe des choses étonnantes se révèlent autour de moi, des sons, des voix, des images, mais je n’en fais pas cas. Et puis de nombreuses années plus tard suite à un problème de santé dont on ne trouvait pas la cause, je me suis mise à poser des questions: en premier à mon médecin “est-il normal de ressentir ce que vivent des gens que je ne connais pas (joie, peine, dépression, colère…)? Ouh la madame, je sais que cela existe mais je n’y connais rien, allez voir M. Untel qui vous expliquera!”. Je pars voir ce monsieur à 2h de route. Il m’expliquera par A + B le transfère d’énergie qui se passe entre deux personnes à certain moment, dans certain cas, d’une certaine manière…. bref en sortant je n’y comprenais pas grand chose de plus! Retour case départ. Mais voilà le processus était lancé et les bonnes personnes m’ont été envoyées. On m’a conseillé mon voisin qui travaillait avec les chiffres et les cartes. Je suis allée le voir et là début d’explication sans rien lui demander: “bonjour ma voisine rigolote, toujours avec le sourire!….mais…en fait…vous êtes un être plus profond, avec de sacrés capacités…ah je vois! Et bien maintenant il faut y aller, vous ne pouvez plus cacher tout ça!”. Et oui c’était partit! J’ai fait de belles rencontres qui apportaient à chaque fois une pierre à mon édifice; suis passée par des phases de doutes intenses, de peurs, d’arrêts…et de grandes avancées! Il fallait que j’apprenne à connaitre mon fonctionnement. Aujourd’hui j’ai 46 ans, tout cela je l’ai accepté tardivement, je l’expérimente tout les jours, et je le développe dans différents domaines. Merci Thomas d’avoir créer ce site, ce n’est pas facile de se mettre en lumière mais quel réconfort de savoir que nous ne sommes pas seuls…!

    Répondre
    • février 21, 2020 à 12:21
      Permalink

      Merci Roxane de ton témoignage. J?espère qu’il servira d’autres personnes à se connecter à leur sensibilité, à l’accepter, à la développer

      Répondre
  • Ping :Le coming out de son extrasensibilité ? - Les Extrasensibles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *